lundi 29 avril 2013

Un Troussage de Domestique, ou le vrai visage du sexisme et du racisme révélé par l'affaire DSK


 J'ai eu récemment l'occasion de mettre la main, dans ma bibliothèque municipale, sur l'ouvrage collectif "Un Troussage de Domestique".
Coordonné par Christine Delphy, ce livre rassemble des articles de Clémentine Autain, Jenny Brown, Mona Chollet, Sophie Courval, Christine Delphy, Rokhaya Diallo, Béatrice Gamba, Michelle Guerci, Gisèle Halimi, Christelle Hamel, Natacha Henry, Sabine Lambert, Titiou Lecoq, Claire Levenson, Mademoiselle, Marie Papin, Emmanuelle Piet, Audrey Pulvar, Joan W. Scott, Sylvie Tissot, les TumulTueuses, Najate Zouggari.
Bref, que du beau monde !

En quoi ça consiste ?


Contrairement à ce que le titre pourrait laisser penser, il ne s'agit aucunement de prouver la culpabilité ou l'innocence de Dominique Strauss-Kahn. Non.
Il s'agit de recontextualiser cette affaire, mais surtout, les réactions qu'elle a entraînées. Car oui, ce qui a été réellement intéressant dans toute cette histoire, ce n'est ni DSK traîné chez le procureur, ni la prétendue "baisabilité" (notez la laideur du mot... c'est pourtant ce que certains hommes ont expliqué !) de Mme Diallo, mais ce que les gens ont dit de ces accusations.

Mais c'est quoi ce qu'ils racontent ces gens ?
 


Si on regarde de près ce qui s'est dit, on apprend pleeeeeeeeeeeeeeiiiiiiiiin de choses :
  • D'abord le viol n'existe pas chez les gens aussi bien élevés que DSK (ah ah ah, je ris, et je ne suis pas la seule) : le viol existe dans toutes les couches de la population, rappelons-le opportunément s'il vous plaît.
  • Mme Diallo serait une "accusatrice", donc elle ne serait pas légitime : j'oserai rappeler qu'en matière de viol, dans le système judiciaire des Etats-Unis, une victime est en réalité entendue à titre de témoin. C'est le procureur et même, je crois bien "le peuple de la ville de New York" qui accuse un coupable...
  • Mme Diallo serait laide et donc non baisable : les soit-disant désirs irrépressibles des hommes ne peuvent évidemment s'attaquer qu'à des personnes dites "baisables", "bien foutues"... Oserai-je rappeler qu'un niquab ne protège aucunement du viol ? que les femmes handicapées encourent trois fois plus de risques de viol que les femmes non porteuses de handicap ? Il n'y a pas d'archétype de la "fâââme" violée. Et il est amusant de constater qu'on en profite alors pour reparler de ce à quoi doit aspirer la fââââme, la vraie : être sexy, en toutes circonstances, sans quoi, vous ne méritez pas qu'on vous écoute si vous portez des accusations de viol. (Et si vous êtes considérée comme sexy, prenez garde quand même ! Vous ne serez pas crue car vous l'aurez cherché...)
  • On apprend aussi que pour violer quelqu'un, il faut être armé jusqu'aux dents : euh... ça me laisse tellement pantoise, que je n'ai qu'une chose à répondre à ce genre de sorties : "vous êtes le maillon faible, au revoir !"
  • Dominique Strauss-Kahn serait juste un homme gourmand, voire même "vigoureux" (dixit Mme Boutin, il me semble) : si on ne sait pas ce qu'il s'est produit dans cette chambre d'hôtel, on ne peut pas juste dire qu'un homme est "gourmand", ou "vigoureux" lorsqu'il est accusé de viol...
  • Et, je vous ai gardé le meilleur pour la fin : DSK ne doit pas être trainé pas rasé, mal attifé, chez le procureur, "comme n'importe quel autre malfrat de couleur", donc comprendre : DSK n'est pas un justiciable comme les autres... Et c'est là où vous vous dites : "C'est quoi ce BORDEL là ?". Non, vous ne rêvez pas, certaines des personnes qui se sont exprimées au cours de cette affaire ont non seulement fait preuve d'un aveuglement et d'un sexisme hors du commun, mais aussi d'un racisme qui dépasse l'entendement.


Finalement, ce que j'ai retenu de cet ouvrage est qu'actuellement, il y a une caste d'hommes riches, blancs, libéraux (tiens, ça ressemble curieusement à la population moyenne de nos élus ça...) qui se défend de mal se comporter à l'égard des femmes, et qui défend une espèce de pseudo-séduction à la française de bon aloi...
Vous pensiez rêver ? C'est écœurant de bons sentiments, n'est ce pas ?
Et pourtant... Pourtant, DSK a été défendu avec une ferveur inégalée ces dernières années alors qu'il a tout de même été accusé d'un crime. Oui, d'un crime, pas simplement d'avoir piqué des esquimaux dans un camion de glace hein.

Cet ouvrage est une petite preuve à lui tout seul que le système patriarcal n'a pas été vaincu par l'accession des femmes à une certaine autonomie avec le droit de vote, de disposer d'un compte en banque à son nom, de divorcer, d'accéder à la contraception et l'IVG, etc. Il est toujours présent, et de façon insidieuse.

Je ne saurai que vous conseiller la lecture d'"Un Troussage de Domestique", petite merveille du féminisme actuel. Pour ceux qui ne sont pas encore convaincus, l'introduction de ce livre, par Christine Delphy,  est accessible sur le blog Les Mots sont Importants.

Il y a encore du chemin, et à mon avis, ce sera au minimum autant semé d'embûches que la quête de l'Anneau.
Mais bon, l'avantage, c'est qu'on se dit qu'on a quand même une sacrée marge de progression :x. Soyons donc optimiste : il n'y a que des raisons de progresser !

Tous en cooooeeeeeuuuuur pour l'avenir : I believe I can fly !!!!





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire