samedi 15 juin 2013

La présence d'héroïnes féminines dans les jeux-vidéo : un problème ?

A l'occasion de l'E3, célèbre salon des jeux-vidéo organisé chaque année à Los Angeles pour présenter les nouveautés dans le domaine, on ne peut pas s'empêcher de remarquer l'amélioration de tout un tas de techniques sophistiquées en matière de jeux-vidéo, et qu'on peut maintenant faire des choses magnifiques en terme de graphisme et d'interaction avec l'environnement.

On a quand même fait des progrès depuis quelques années.

Un petit extrait de Mass Effect 3


Et on partait de loin.

Monkey Island 2


Mais il y a un point sur lequel on n'a toujours pas avancé...

C'est... c'est ?

C'est ?


L'idée qu'un bon personnage de jeu vidéo est un homme blanc hétérosexuel et violent, s'il vous plaaaaaîîîîît. Et ça, on a tellement pas avancé que quand Anita Sarkeesian, une journaliste du monde vidéoludique, fait remarquer qu'il n'y aucun personnage principal féminin dans les jeux présentés à l'E3, ça donne...

Ca donne des réactions hautement affligeantes. Voyez plutôt.

Entre les "arrêtez de faire votre garce de service",  "Les femmes n'appartiennent pas au monde du jeu-vidéo" (si si, je vous jure), "quand les femmes seront aussi capables que les hommes, peut être"et d'autres joyeusetés encore plus fleuries, je vous jure, il y a de quoi faire...

Que les propos d'Anita Sarkeesian prêtent à discussion, pourquoi pas hein. Mais voir ces réactions... "primaires" ET sexistes (pas qu'un peu, quand même), je trouve ça juste hallucinant. Il n'y a rien que de la haine dans leurs propos et l'argumentaire est d'une vacuité à faire pâlir certains participants de téléréalité (c'est dire...).

Et... il faudrait accepter ça ? Dire que c'est normal ?

Non, ça n'est pas normal, les femmes n'ont pas à être rejetées d'une activité quelconque parce qu'elles sont femmes, et ce n'est pas parce qu'à l'heure qu'il est, les grands éditeurs de jeux-vidéo ont des poutres dans les yeux que ça nous empêche de leur dire qu'ils sont en train de marginaliser une grande partie des joueurs.

Non, mais, c'est vrai quoi, pour ceux qui connaissent bien les jeux-vidéo, il suffit d'essayer de compter :
  • Combien de jeux avec des protagonistes principaux féminins ?
  • Combien de jeux avec le choix du sexe du protagoniste (Mass Effect, Baldur's Gate, Starwars Knight of The Old Republic...) ont bénéficié de campagnes de pub favorisant à égalité les deux possibilités ?
  • Combien de jeux avec des personnages principaux d'un archétype différent de l'homme blanc hétérosexuel ?
Il existe une norme dans le jeu-vidéo pour ces choix. Et il semblerait bien qu'on ait beaucoup de mal à la dépasser, cette norme... Ce qui est assez énorme dans ce cas d'ailleurs, c'est de se voir taxer, comme Anita Sarkeesian, ou encore Mar-Lard, d'"attardée" au mieux, de "mal baisée", voire pire, dans certains cas, quand on aborde ces questions.
Il me semble pourtant assez clair qu'on est en avance sur son temps quand on remet ces choses en question.

6 commentaires:

  1. Bonjour, je viens de découvrir votre article.

    J'aime les jeux vidéos et j'ai lu les articles du blog/site "Les dégenreuses", je suis également abonnée à la chaîne youtube d'Anita Sarkeesian. J'ai lu d'autres articles sur le manque de perso féminins dans les jeux vidéos en français et en anglais et nulle part je n'ai trouvé de référence à la série "The Elder Scrolls" qui pourtant me parait la meilleure en matière d'égalité dans le traitement entre persos masculins et féminins que ce soit pour les PJ ou les PNJ. Peut-être que je suis horriblement naïve à ce sujet, je veux bien admettre que je commence seulement à ouvrir les yeux sur certains aspects culturels du patriarcat. Mais j'avoue que j'aimerais avoir un autre avis que le mien sur cette série :)

    Sen.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Malheureusement, je n'ai joué qu'à Morrowind, et assez peu de temps (je n'ai pas eu le temps de le finir) et je ne peux donc pas m'exprimer pour les autres opus.

      Je n'ai cependant pas le souvenir d'avoir été gênée par quoi que ce soit, en dehors peut être de quelques skins créées par des joueurs masculins...

      Toujours pareil hein : pas que ça me gêne de voir le corps des femmes, mais ne voir que celui là, et si possible le plus à nu possible, de temps en temps hein, ça finit par lasser...

      Supprimer
    2. Merci d'avoir pris le temps de me répondre. Je n'avais pas pensé à ces skins et je suis d'accord qu'ils m'agacent au plus haut point mais du coup est-ce que cela ne rejoint pas mon opinion sur ces jeux, vu que certains joueurs créent des skins pour dénuder leurs persos féminins ? C'est donc qu'ils n'existent pas dans les jeux de base.

      Je crois que c'est aussi le cas de Dungeon Lords mais à vérifier, je n'ai pas joué à ce jeu depuis au moins 3 ans.

      Supprimer
    3. C'est un phénomène qui existe sur beaucoup de jeux.

      En effet, la plupart du temps, il y a des skins peut être parfois "limites" pour certains personnages féminins, mais des moddeurs en herbe s'amusent également à en créer qui accentuent la nudité des protagonistes féminin...

      Là encore, il y a quelque chose à rechercher quant à la représentation de ces personnages pour les joueurs...

      Supprimer
  2. Alors, je vais me permettre de répondre à quelques parties de ton post, même si je suis globalement d'accord.

    Tout d'abord, la population féminine adepte de jeux vidéos reste nettement inférieure en terme de nombre à la population masculine, ce qui rend logique que les éditeurs visent principalement un public masculin. Les meilleures ventes restent des jeux clairement orientés "boys boys boys" : GTA 5, FIFA, Assassin's Creed (qui cette année s'est fendue d'un perso féminin au passage), Call of Duty, Uncharted... D'autres jeux "non-sexués" se sont bien vendus, mais tout de même beaucoup moins que les premiers cités.
    Ensuite, concernant le physique des héroïnes de jeux vidéos, ça répond exactement à la même logique mercantile : développez deux jeux à destination des filles, exactement similaires, dans le premier le héros sera Mike Scofield (ou un autre beau gosse standard classique), et dans l'autre, Jean-Pierre Dreyfus ou Jean-Marie Bigard, et voyez lequel des deux se vendra le mieux.
    Le sexe fait vendre, dans un sens comme dans l'autre. Nathan Drake, le Lara Croft d'Uncharted, ne ressemble pas vraiment à un type lambda. Les héros de Resident Evil 6, Ezio d'Assassin's Creed, des Mass Effect, sont loin d'être des vilains du PMU local.
    Je suis tout à fait d'accord pour dire que la sexualisation dans les jeux vidéos est problématique, comme elle l'est dans absolument tout : ciné, télévision, dès qu'il y a image il y a sexualisation. Mais ne voir que l'aspect féminin du problème, c'est ignorer un problème sociétal et culturelle pour le tourner en un problème de discrimination.
    Ce n'est pas de la discrimination. C'est bien pire : c'est du business.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Merci pour votre commentaire.

      Je vais malheureusement commencer par m'opposer votre première phrase : actuellement, si on ne regarde pas le type de jeu (FPS, MMO, etc.), 50% des consommateurs de jeux vidéo sont... des consommatrices. Ce sont les nouvelles tendances, et je suppose que des jeux comme les Sims, Nintendogs et autres n'y sont pas forcément pour rien. De même que l'apparition des smartphones et tablettes qui donnent de nouvelles habitudes de jeux à tous les gamers, peu importe leur sexe.
      Si vous doutez de mes chiffres, vous trouverez ce qu'il vous faut ici : http://www.crje.fr/etude_pratiques_jeux_video.pdf .
      Ce document va d'ailleurs vers l'idée que même si les jeux d'action sont consommés par près d'un tiers des joueurs, les RPG ont également la part belle, ainsi que les MMO. Heureusement, l'industrie vidéo-ludique ne se limite donc pas à GTA ou à FIFA !

      Enfin, je me permettrai simplement de pondérer ce qui est dit à propos certains jeux cités dont le physique est flatteur : oui, ces personnages masculins ont un physique flatteur, certes, mais ces physiques correspondent à ce qui est attendu dans les critères virils de la société actuel, ce qui ne plaît pas forcément aux femmes en majorité... Je pense par exemple au Chris Redfield bodybuildé à mort de Resident Evil 5 qui a quand même sacrément foutu les jetons à de nombreuses joueuses...sans franchement leur plaire.

      Le business explique des choses, mais dans le domaine de l'Art, les artistes se doivent d'innover. Ce que je reproche à l'industrie du jeu-vidéo actuelle, c'est de ne plus innover, justement.

      Après, je suis bien consciente que le sexisme des jeux-vidéo correspond à celui de la société : mon blog parle de tous les aspects pris par le sexisme dans notre société !

      Supprimer