dimanche 11 août 2013

Quelques dates du XXème siècle... et un peu du XXIème !

On dit souvent que le droit est là pour protéger toutes et tous à égalité, dans le respect, bla bla bla...  Mais on oublie souvent que le droit n'a pas toujours été en faveur des femmes, et d'ailleurs, pour être claire, il a longtemps constitué un carcan légitimant la domination des hommes sur les femmes.



Par exemple, il faut rappeler que ce n'est qu'après la fin de la Seconde Guerre Mondiale que les femmes françaises ont enfin accéder au droit de vote, donc à la citoyenneté civique.

Mais savez-vous...


Savez-vous qu'il a fallu attendre une loi promulguée le 13 juillet 1965 pour que les femmes puissent gérer elles-même leurs biens et exercer une profession sans autorisation maritale ?
C'était il y a tout juste 48 ans...

Savez-vous également qu'il a fallu attendre le 4 juin 1970 pour qu'on supprime la notion de "chef de famille" du Code civil ?
Il y a du monde qui ne doit pas le savoir, notamment ceux qui vous proposent sans cesse de remplir des papiers avec cette mention ridicule...

Par ailleurs, la loi Veil sur l'autorisation volontaire de grossesse ne date que du 17 janvier 1975... N'oublions jamais qu'auparavant, avorter était un délit passible de prison, de travaux forcés à perpétuité, voire de la peine de mort...

Ce n'est que depuis le 23 décembre 1985 que la loi française a établi l'égalité dans les régimes matrimoniaux, dans la gestion des biens, mais aussi des enfants mineurs ! Presque 28 ans... à peine.

Savez-vous également que le délit de harcèlement sexuel au travail n'existe que depuis le 22 juillet 1992 ? A peine 21 ans d'existence pour cette loi...

Et puis, ce n'est que depuis le 4 mars 2002 qu'une femme mariée peut transmettre son nom à ses enfants...

Il aura fallu attendre les années 2000 pour qu'une batterie de lois apparaissent pour lutter contre les violences domestiques qui, faut-il le rappeler, sont exercées à plus de 95% contre des femmes.

Et enfin, c'est les modifications instaurées par la loi sur le Mariage pour tous qui a permis cette année aux hommes mariés d'utiliser comme nom d'usage celui de leur femme...

Notons également qu'il y n'y pas si longtemps, il a fallu réaffirmer que l'usage de termes comme "mademoiselle"était obsolète en droit... 

On peut penser à d'autres lois comme l'affirmation de l'existence du viol conjugal en 1992, la déqualification de l'homosexualité comme étant un délit, et bien d'autres encore...

Le droit, égalitaire ?

Un peu... Pas encore. En tous cas, pas totalement.

Aujourd'hui, les spécialistes comme Sandrine Dauphin ou encore Réjane Sénac s'accordent à dire que la société acquiert une égalité entre femmes et hommes formelle, mais pas forcément factuelle...

L'égalité, même formelle, reste relativement récente... et le langage et les attitudes prouvent tous les jours que la réalité factuelle n'est pas atteinte.
L'affaire "DSK", l'histoire d'Aline Rigot, les inégalités de salaire entre les femmes et les hommes, l'existence d'une telle affiche publicitaire (merci pour la remise en contexte) sont suffisamment d'indices pour voir et comprendre que le droit français a pris son temps, et que le changement des mentalités prendra pas mal de temps... et nécessitera des moyens.
Pas toujours mis en oeuvre.

Qu'attendons-nous pour traiter les femmes comme des êtres humains ?



Dans les bonnes lectures à ce sujet, on peut trouver :
Dauphin S., Sénac R. (2012). Entre dynamique égalitaire et recomposition des inégalités, in Femmes Hommes, penser l'égalité.  Paris : La Documentation Française. Pages 9 - 14.

13 commentaires:

  1. Vous savez pour quelle raison les femmes ont été traitées ainsi pendant si longtemps? Parce que vous êtes bien trop précieuses pour qu'on vous laisse faire n'importe quoi. Ca c'était du temps ou nous avions pour objectif de bâtir une civilisation. Ca fait quelques temps qu'on s'est détourné de ce but et c'est pour ça que le choses ont pas mal changé, notamment ces soixante dernières années comme vous l'avez bien noté. Mais quand tout sera par terre, il faudra bien recommencer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Précieuses ? J'espère que c'est une plaisanterie ?

      Le "plus vieux métier du monde", la prostitution, est une "tâche", dévolue à des femmes... En moyenne, en France, les femmes passent deux fois plus de temps à s'occuper des tâches ménagères que les hommes... Pendant longtemps, dans de nombreuses sociétés, ce c'étaient pas les femmes qui héritaient, mais les hommes...
      Les femmes sont spécifiquement battues, violées, vendues à travers le monde, et même en France ! tout ça parce qu'elles sont de sexe féminin... et vous voudriez me faire croire que les femmes sont "précieuses" pour le genre humain ?

      Les femmes sont une population discriminée, et cet état de fait ne date pas d'hier. Aujourd'hui, la discrimination a changé de forme, et pour cette raison, on peut se bercer d'illusion est penser que l'égalité entre les femmes et les hommes est atteinte. Mais ça n'est pas le cas, comme le valident de nombreuses études sur la question.

      Supprimer
  2. "vous êtes bien trop précieuses" ?

    ah ah, si vous n'en étiez pas persuadé, ça pourrait presque être drôle

    RépondreSupprimer
  3. Les prostituées sont des femmes car un nombre assez important d’hommes sont dans l’impossibilité d’avoir des relations sexuelles sans payer. Il y a pas mal d’hommes pour qui s’est extrêmement difficile, voire impossible, d’entrer dans le lit d’une femme. En revanche, pour une femme, avoir des rapports sexuels ne pose pas de difficultés particulières. Si elle veut vraiment du sexe, elle trouvera toujours un homme partant.

    C’est ainsi que sont faites les choses : les femmes sont nettement plus difficiles et discriminent beaucoup plus lorsqu’il s’agit de choisir un partenaire sexuel. Ca explique qu’il y ait une offre en matière de prostitution qui soit essentiellement destinées aux hommes.

    Mais comme vous ne voulez pas admettre l’existence de différences entre les hommes et les femmes, vous êtes obligée d’expliquer la prostitution en disant : « les méchants hommes complotent pour asservir les gentilles femmes depuis la nuit des temps ».

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a un nombre saisissant d'idées reçues dans ce que vous venez tout juste d'exposer.

      Il n'est pas si simple pour une femme de trouver un partenaire sexuel, contrairement à ce que vous avancez. Quand on est une femme, il faut correspondre à un certain nombre de critères culturels pour espérer trouver un partenaire sexuel, critères vraiment pas évident à remplir...

      Votre explication à propos de la prostitution signe également une autre idée reçue très répandue dans notre société : c'est que le sexe serait de l'ordre de l'a-social, c'est-à-dire déconnecté de la société... Ce qui n'est évidemment pas le cas et mis en évidence par les sciences sociales.

      Puisque c'est nécessaire, je vais rappeler la démographie de la prostitution, histoire d'illustrer...
      En France, 95% des personnes prostituées sont des femmes, et plus de 99% des clients sont des hommes. Certes, il n'y a donc pas que des femmes qui se prostituent mais des hommes... Mais uniquement (ou presque) à destination des hommes. Les femmes qui font appels à des personnes prostituées sont un phénomène marginal donc (et ultra minoritaire) qui s'est développé sur le même modèle, et concerne des clientes aisées.
      La prostitution s'explique ainsi par un rapport de domination des hommes sur les femmes et sur des hommes assimilés à la population féminine.
      N'oublions également pas que 9 prostituées sur 10 déclarent vouloir arrêter la prostitution, et que la plupart d'entre elles ajoutent n'y prendre absolument aucun plaisir (et même plutôt le contraire).
      Comment prétendre à partir de là qu'il ne s'exerce dans la prostitution aucune violence spécifique aux femmes ou aux populations qui leur sont assimilées parce que marginales et affaiblies ?

      Pour les différences entre hommes et femmes, je vous renvoie à l'un de mes précédents billets :
      http://morpheastouch.blogspot.fr/2013/07/le-concept-de-genre-la-nature-de-la.html

      Supprimer
    2. Non, si une femme a vraiment envie d'un rapport sexuel (un coup d'un soir), il lui suffit de mettre une tenue sexy et d'aller bouger ses fesses en boites. Elle reviendra sans problème avec un homme d'apparence plus que correcte.
      Et ça presque toutes les femmes ont la possibilité de le faire, à part d'ignoble laiderons très minoritaires.

      Ce n'est pas glorieux, mais il y en a beaucoup qui font ça. D'autres ne s'abaissent pas à ce genre de choses et elles ont raison. Mais ça ne veux pas dire qu'elles ne pourraient pas le faire si elles étaient prises d'une soudaine envie de sexe.

      Pour un nombre important d'hommes, ramener une fille à la maison est quasi mission impossible, même en faisant des efforts considérables. Tout simplement parce qu'ils ne sont pas sexy aux yeux des femmes.

      Il y a une vraie dissymétrie due au fait que les femmes sont très difficiles lors du choix d'un partenaire sexuel tandis que les hommes discriminent peu.

      Je n'accuse pas les femmes, ni le féminisme, ni les hommes, ni le patriarcat. C'est la nature qui a produit cette différence et elle a des conséquences avec lesquelles il faut bien vivre. Il y aura toujours de la prostitution, la question est de savoir comment faire pour qu'il y en ait le moins possible. Et un bon début c'est de s'intéresser aux différences sexuelles entre les hommes et les femmes.

      Supprimer
    3. Par ailleurs, on pourrait ajouter que les femmes peuvent littéralement se métamorphoser pour aller tirer leur coup en boîte. Si vous avez déjà vu des photos "makeup before/after" vous savez qu'une femme assez quelconque, voire laide, peut se transformer, en une après midi, grâce au maquillage et à un brushing. Il lui suffit d'ajouter des talons aiguilles, une culotte gainante et une mini-jupe et une femme franchement pas belle au départ peu facilement faire illusion et ramener un beau-gosse. Bien sûr ça coûte un peu d'argent et ça fait les choux gras de nombreuses industries.

      Les hommes n'ont pas du tout cette possibilité de métamorphose. On ne passe pas de 1m72 à 1m84 par enchantement et pour avoir l'air musclé, il faut faire au minimum 8 heures de musculation hebdomadaire pendant 6 mois (c'est un tout autre investissement qu'une aprem dans un institut de beauté).

      Supprimer
    4. Je crains que vous ne soyez en train de vous perdre en route là... Tellement tellement que vous insistez sur un point qui me paraît totalement en contradiction avec les idéaux que vous avancez souvent.

      En effet, si trouver un partenaire sexuel (pour les hommes comme pour les femmes) est important, ce n'est pas fondamental dans la vie (d'ailleurs, si ça l'était, on aurait un nombre de suicides impressionnant...) mais c'est une consommation mise en avant par toutes les industries du monde (qui y gagnent toutes quelque chose...) qui finalement ne rime pas à grand chose...

      Je ne vais donc pas rentrer dans ce débat stérile qui ne débouchera sur rien de constructif.

      Supprimer
  4. Je ne conteste pas un certain nombre d’horreurs qu’ont dû subir certaines femmes dans des proportions supérieures aux hommes. Par exemple le viol. Il est clair qu’en raison de sa force physique inférieure la femme est plus susceptible d’être l’agressée que l’agresseur dans ce genre d’affaire.

    Mais vous ne parlez jamais de tous ces domaines dans lesquels les hommes ont payé le prix fort tandis que les femmes ont été préservées.

    En 1944, se sont des américaines qui se sont fait déchiqueter par les mitrailleuses allemandes sur les plages de Normandie, ou uniquement des américains ? Les démocraties n’auraient-elles pas dû montrer l’exemple face au nazisme en envoyant 50% de femmes en première ligne ? Ah non, j’ai oublié, il fallait la gagner cette guerre, ce n’était pas pour jouer.

    C’est valable pour toutes les autres guerres et notamment celles dont on va fêter le centenaire ? Malheureusement tous les poilus sont morts ? Mais vu que les femmes vivent plus longtemps (affreuse injustice), on peut envisager qu’il reste au moins une « poilue » vivante. Ca n’a jamais existé ? Ah bon très bien.

    De même, je ne crois pas que beaucoup de femmes aient été dénombré parmi les victimes des coups de grisou dans les mines.

    Au cours de ce bel été, avez-vous vu des femmes porter des sacs de 50kg de ciment par 34°C sur les chantiers ?

    Et curieusement, aujourd’hui encore, l’immense majorité des victimes d’accidents mortels au travail sont des hommes.

    Alors vraiment, je suis d’accord avec vous, ces hommes sont de beaux salauds et ils laissent toujours le sale boulot aux femmes.

    Allons, allons. Soyons sérieux, cinq minutes…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Soyons sérieux, justement.

      Vos exemples (notamment celui du sac de ciment) s'appliquent majoritairement à la France. Vous croyez que ça se passe comment dans les autres pays du monde ?
      Non content de renvoyer les femmes à leur maternité en leur refusant le pouvoir, on les fait aussi trimer à la mine, aux champs, dans les usines (qui s'effondrent sur leur tête en Inde) avec les hommes... Tout en leur refusant un certain nombre de privilèges réservés aux hommes.

      En France, on a un droit du travail et normalement, des règles de sécurité. Il y a peu de femmes sur les chantiers parce qu'on les y refuse et qu'on leur apprend dès l'enfance que "là n'est pas leur place".
      Pour être honnête, dans ces conditions de travail, "là" n'est la place de personne et les règles de sécurité devraient s'appliquer à tous, y compris aux hommes pour éviter justement ces accidents mortels.

      Pour ce qui est des guerres...
      Vous révélez là encore votre méconnaissance du domaine. Pour tous ces militaires tués, savez-vous combien de femmes sacrifiées dans les bordels ? Violées de force par dû de guerre ? Et pour les guerres actuelles ? Savez-vous combien de femmes violées, torturées puis assassinées pour provoquer la peur dans le camp adverse ?

      Dans ces conditions, ne me parlez pas de "manque de sérieux" de ma part.

      Supprimer
  5. Arrêtez de me renvoyer au tiers monde à chaque fois que je mets à mal vos idée en ce qui concerne l'Europe. Cette technique qui consiste à aller cherche des violeurs indiens, des proxénètes gabonais et des pornographes japonais pour les jeter à la figure de l'homme français est assez abjecte.

    C'est comme si je dénichais une fatma Afghane qui a égorgé ses enfants et les a donné à manger aux chiens et que j'en tirais des conclusions sur vous et sur toutes les femmes françaises.

    J'ai démontré que contrairement à ce que vous affirmez sans cesse, les hommes, au même titre que les femmes, ont toujours eu leur lot de souffrances et de sacrifices.
    Moi je ne tente pas d'escamoter la moitié de la réalité. La guerre, ce sont des hommes au front, sous les obus et le tir des mitrailleuses et se sont des femmes violées et parfois massacrées. Ce sont les deux. Ce sont bien des hommes américains et russes qui ont libéré l'Europe du nazisme, au prix de centaine de milliers de morts dans leurs rangs. Il est clair que sur le passage de ces soldats il y a eu des exactions horribles dont des femmes ET des hommes ont été victime.

    J'ajouterais, pour désamorcer la guerre des sexes que vous vous efforcez de propager, en présentant les hommes comme des créatures diaboliques et les femmes comme de tendres brebis, que lorsque un soldat meurt, il y a bien souvent au moins deux femmes qui le pleure : sa mère et son épouse (et parfois ses filles).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. vous êtes en plein délire

      Quand ça vous arrange, les "femmes sont précieuses", donc il serait quand même plus que normal dans cette optique que ce soit les hommes qui trinquent, non ?
      Et puis finalement, elles ont rien à dire de leur condition, parce que ça les arrange bien cette situation ?

      Rien de tout ça ne tient debout. Enfin, si, comme justificatif du patriarcat.

      En fait, votre argument principal - que vous ressortez à toutes les sauces - c'est que le féminisme est dangereux, parce que notre société est basée sur un patriarcat qui a fait ses preuves.

      Je suis d'accord sur le fait que le patriarcat est un système bien rôdé qui fonctionne. La preuve, comme vous le dites régulièrement : notre civilisation est basée dessus.

      Mais là où mon approbation s'arrête là, c'est que ce n'est pas parce que quelque chose fonctionne que ce quelque chose est juste, ou du moins le plus juste possible. J'ai foi en les droits de l'Homme (avec un H majuscule, vous noterez), et aux principes de la démocratie et de la République.
      Le sexisme, comme le racisme, sont des injustices qui pourrissent notre monde. Il est possible de faire autrement. D'aller vers un monde plus juste.

      L'esclavage a fait ses preuves et fonctionné pendant des siècles. De nombreuses civilisations s'en sont servis pour bâtir leurs empires. Combien ont prétendus que le monde allait s'effondrer si nous l'abrogions...

      Fallait-il pour autant le perpétuer... ?

      J'ai déjà ma réponse à cette question.

      Supprimer
    2. Vous n'avez rien démontré : je ne suis pas sotte. L'humanité souffre, comme chacun sait, hommes et femmes, ce que je n'ai jamais contesté.

      Ce que je dénonce, que vous appelez à tort "guerre des sexes", ce sont les violences et les discriminations qui s'exercent spécifiquement à l'encontre des femmes en raison de leur sexe, et pour nulle autre raison.

      Vous êtes, comme souvent, en train de céder à une tentation toute masculine appelée communément le "mansplanning" : vous pensez que, parce que je suis une femme, et que j'ai des idées contraires aux vôtres, vous allez m'apprendre la vie et me faire découvrir que ô mon dieu, il existe des différences tellement puissantes entre les hommes et les femmes...

      J'ai un petit secret à vous apprendre : comme beaucoup de femmes en France (ce n'est pas le cas partout dans le monde, je le rappelle parce que l'ethnocentrisme, ça n'a jamais aidé personne), je suis indépendante et je réfléchis par moi-même, très souvent en collaboration avec d'autres personnes (et pas uniquement avec ces sales hystériques de féministes, même si j'en suis une moi-même). Je lis, je me documente, et pas uniquement sur Internet (les ouvrages scientifiques de tous poils sont d'une utilité débordante pour ce genre d'activité).
      Je veux bien réfléchir avec vous, remettre en perspective certaines choses à votre contact, mais faire comme si vous alliez m'apprendre à réfléchir, certainement pas.
      Les idées que je présente ici sont le fruit d'un long cheminement puis de recherches assez poussées : je vous demande poliment de ne pas me traiter comme une petite fille de 8 ans gâtée par ses parents. Merci à vous.

      Supprimer