dimanche 22 septembre 2013

La Femme Accident, par Grenson et Lapierre, édition Aire Libre

On est parfois surpris par ce qu'on peut trouver parmi les bandes-dessinées... et parfois, de façon très positive. C'est ainsi que j'ai découvert l’œuvre, de La Femme Accident, avec au dessin Grenson, et au scénario Lapierre, aux éditions Aire Libre.



Julie est en prison : elle est actuellement entendue dans une affaire de meurtre et elle est la principale suspecte. Pour se disculper, pour que les jurés puissent comprendre, Julie va entamer le récit de sa vie. A la fin, il nous sera laisser le soin de la considérer comme coupable ou non...




Cette BD est avant tout un récit de vie. Une vie mouvementée, celle de quelqu'un qui se cherche, qui veut compter simplement, pour les gens qu'elle aime. Cette recherche est intéressante, et d'autant plus intéressante que le statut de Julie est fortement associée à ce qu'elle est : fille d'une mère absente, mais aussi et surtout plus tard, une femme.

Et c'est là où, à mon sens, ce récit prend tout son sens : Julie est une femme, et dans beaucoup de cas, son avis ne compte pas. Sa manière de vivre et de prendre les choses est mal vue, en particulier sa sexualité qui n'est en aucun cas admise par la société dans laquelle elle évolue.
Son avis ne compte pas lorsqu'elle est adolescente, et il ne compte pas plus lorsqu'elle est adulte. En un sens, elle demande au tribunal si oui ou non, ses choix comptent comme ceux de n'importe qui.

C'est donc un récit que j'aimerai qualifier de féministe : il rend la parole dérobée à une femme en raison de son sexe et du passé de sa mère... 
On pourrait "râler", parce que le livre présente aussi une forme de clivage archaïque de "la mère" et de "la putain". Pourtant, Julie se défend d'être la seconde, et il lui paraît de son choix d'être une mère pour son enfant, et de le vouloir. Julie fait de la place dans sa vie pour ce qui l'intéresse, et c'est ce qui m'a semblé le plus important.

Je vous laisse donc découvrir le verdict des jurés en profitant de ce récit riche en questions et en émotions.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire